Sébastien Lapierre part à la conquête du Sentier-maitre Innu-Montagnais !

12 février 2021.


C'est par un froid glacial que débute ce matin une nouvelle expédition pour l’aventurier Sébastien Lapierre, pompier à la ville de Québec.

Sébastien est bien connu pour avoir fait diverses expéditions au cours des dernières années. En 2010, il a réalisé une spectaculaire tentative de traverser la calotte glaciaire du Groenland en autonomie. En 2013, il a navigué en kayak dans les eaux froides de l’arctique Canadien afin de parcourir les 3000 km du passage du nord-ouest. Infatigable, le 9 janvier 2017, après moins de 43 jours d’expédition et 1200 km parcourus, il est devenu le premier Canadien à atteindre le Pôle Sud en totale autonomie et en solitaire.

Cette fois-ci c'est en duo d'aventuriers que Sébastien Lapierre et Olivier Hubert-Benoit vont à la conquête du Sentier-maitre Innu-montagnais, aussi connu sous le nom de sentier des Jésuites.

L’idée de se rendre au lac Saint-Jean à pied était dans l’esprit d’Olivier depuis presque un an. Il désirait partir de Québec, et se rendre au lac Saint-Jean en empruntant les lacs, les rivières et les bois, afin de participer à cette course de raquettes Cyro, course qui finalement n’aura pas lieu dû à la pandémie. Malgré tout, l’idée de l’expédition demeure et après plusieurs recherches il découvre que le trajet est en réalité le mythique sentier des Jésuites. Ces derniers le parcouraient pendant l’hiver entre les années 1676 et 1703, pour rejoindre une mission qu’ils avaient établie à l’embouchure de la rivière Métabetchouan au lac Saint-Jean.

Ce parcours hivernal, qui traverse le massif des Laurentides, était utilisé depuis des millénaires par les générations d’Innus-Montagnais. Il est appelé Sentier-maitre, car plusieurs autres sentiers s’y connectaient. De nos jours, on peut encore retrouver certaines traces des différentes pistes et du sentier des Jésuites. Avec les années, les sections de portage de ce sentier se sont refermées par la végétation, mais demeurent visibles à certains endroits avec l’affaissement du sol causé par les piétinements répétitifs des générations autochtones qui ont utilisé ce sentier pendant des millénaires. Par ailleurs, une grande partie de l'itinéraire incluant l'utilisation des rivières ne disparaitra jamais totalement. Un segment pédestre du parc national de la Jacques-Cartier, nommé sentier du Scotora, fut entre autres préservé.

Afin de se préparer pour cette aventure, Olivier a fait part de son idée à Sébastien, spécialiste des expéditions en régions froides. Sébastien étant enchanté du projet, c'est ensemble qu'ils ont convenu de partir à l'aventure.

Partis tôt ce matin, les deux aventuriers prévoient parcourir ce trajet d’environ 310 km en une dizaine de jours. Le lieu du départ de cette expédition n’a pas été choisi au hasard. Les deux aventuriers ont débuté cette expédition à l’endroit même où Jacques-Cartier se trouvait pendant l’hivernage de 1535-1536, au cœur même de l’actuel lieu historique national Cartier-Brébeuf, au centre-ville de Québec.

La première étape de ce périple consiste à relier le lieu historique national Cartier-Brébeuf et Tewkesbury en empruntant la rivière Saint-Charles. Bien qu’ils soient normalement équipés d’un traineau pour emporter leurs équipements, les 50 premiers kilomètres de ce trajet se feront sans ces traineaux.

Nous souhaitons le plus grand succès à ces deux aventuriers !

Sébastien et Olivier profitent de l’occasion pour amasser des fonds pour la Fondation Sur la pointe des pieds. L’objectif de cette fondation est d’offrir à des jeunes atteints de cancer l’opportunité de quitter le milieu hospitalier et de les éloigner de la civilisation et de leur environnement habituel. Les situations créées visent à reconstruire l’estime de soi ainsi qu’à redonner espoir en la vie par le biais du défi et du dépassement que permettent ces expéditions thérapeutiques. Vous pouvez aider les jeunes atteints du cancer en faisant un don en suivant le lien disponible ci-dessous.


René Jobin, Rédacteur en chef et photographe


Lien(s) :

Photographe : René Jobin







Photographe : Sébastien Lapierre (Collaboration spéciale)

Le garde manger de Sébastien Lapierre. Cette photo n'inclus pas le gruau du matin ni le lyophilisé pour les repas du soir.

Le matériel utilisé par Sébastien. Ce matériel sera apporté dans son traîneau pendant l'expédition.

Photographe : Infographie de Louis Lefebvre (Collaboration spéciale)

Le duo d'aventuriers emprunteront le sentier identifié comme étant le sentier des Jésuites, visible sur cette carte.